Le Voyage du Dragon

Aller en bas

Le Voyage du Dragon Empty Le Voyage du Dragon

Message  Turozero le Dim 13 Mar - 13:27

Fanfiction de Sengoku Basara

Chapitre 1: Un monde étranger

Nobuaga Oda appelé le Seigneur des Ténèbres fut vaincu, tué par Masamune Date le Dragon borgne d'Oshû et Yukimura Sanada le Jeune Tigre de Kai, et ses armées furent disloquées. Plus rien n'empêchait donc les seigneurs de guerre de reprendre leur combat incessant pour la domination du Japon. Mais pas Masamune Date. Il était pour le moment alité, obligé de garder le lit depuis son combat contre Nobuaga Oda où il avait été gravement blessé. Mauvais point. Et cela énervait fortement le Dragon. Mais point positif: Yukimura Sanada était dans le même cas... Le Dragon était pourtant très en colère, il n'était pas d'un naturel patient, surtout quand son Oeil droit, Kojuro Katakura, le couvait comme une mère poule. Autre mauvais point...mais, et Masamune sourit d'un air démoniaque à cette idée, Yukimura, lui, devait supporter et Shingen Takega et Sasuke Sarutobi. En repensant à son rival, Masamune se renfrogna: il devait bien admettre que sans lui, jamais il n'aurait pu vaincre le Seigneur des Ténèbres.... et il ne serait plus borgne mais aveugle sans Honda Tadakatsu. Le Dragon grimaça, il n'aurait pas pu continuer de vivre sans cet oeil gauche, ayant déjà perdu le droit dans sa jeunesse.... Mauvais, très mauvais point...et dire qu'il était couché! Il aurait préféré défouler sa colère en fendant l'air avec ses six katanas, ses six griffes....et pourquoi pas se défouler sur Kojuro qui l'obligeait, lui son seigneur!, à garder le lit...Oui c'était là une bonne idée...et puis, il devait être remis sur pied avant Yukimura Sanada! Il s'accepterait jamais que son rival le vainque sur ce point-là!... Mais il avait déjà essayé, à trois reprises, de se lever et il n'avait pas réussi à même sortir de sa chambre...encore un mauvais point! Bon sang, c'était vraiment une sale journée! Le Dragon soupira avant que le sommeil réparateur dont il avait besoin ne le happe à nouveau.

Au château de Kai, Sanada Yukimura était dans le même genre d'esprit...enfin il était, certes aussi patient que Masamune Date, mais d'un naturel plus optimiste. Il était sûr de pouvoir sortir s'entraîner ou même aller se battre en duel avec Masamune Date dans peu de temps! Ce que Sasuke semblait prendre plaisir à contrarier... Yukimura s'assit- il avait au moins le droit de faire ça!!- et contempla le ciel bleu qu'il entre'percevait par la porte à demi-ouverte. Le Jeune Tigre repensa alors aux derniers évènements qui l'avait conduit à combattre Nobuaga Oda aux cotés de Masamune Date. Quel combat!! Le Seigneur des Ténèbres était vraiment fort, Masamune était déjà blessé lors de ce combat et puis toutes les armées du Japon s'était rassemblées pour combattre celle d'Oda! Chosokabe Motochika, Mori Motonari, les Maeda Matsu, Toshiie et Keiji, les armées d'Uesugi conduites par Kasuga....cela avait vraiment été un combat phénoménal!! Un combat où avait péri Honda Tadakatsu.... Yukmura se renfrogna à cette pensée: Oda était en train de menacer d'arracher l'oeil restant de Masamune et le Jeune Tigre ne pouvait rien y faire, quand soudain Tadakatsu était arrivé dont ne sait où et avait combattu Oda avant de mourir, transpercé par la balle de ce dernier. Un acte héroïque, bien que suicidaire. Soudain un vertige obligea Yukimura à se recoucher et il ne put s'empêcher de se rendormir.

Quittons le Japon de l'ère Sengoku pour revenir à la France du XXIe siècle. Une jeune fille de 18 ans était occupé- chose très rare pour une fille de son âge- à s'entraîner au maniement d'un long katana dont le manche était orné d'un dragon doré. Elle n'aimait pas le nom qu'il lui avait été donné à sa naissance et pour les rares personnes qui pouvait se nommer « ses amis » son prénom était Ryûko, venant du ryû japonais avec un « ko » car ça sonnait bien. Ryûko aimait lire, autant les longs romans que les courts mangas; dessiner aussi, surtout les dragons, les humains façon manga et les animaux; et elle aimait écrire des aventures où guerres, magie et quêtes se mêlaient. Avec tout ça, elle voulait devenir écrivain ou mangaka, elle n'arrivait pas à choisir. Pourquoi pas faire les deux? Ah! Elle aimait aussi combattre, surtout à l'épée. Elle possédait outre ce katana, Ryû Ten'tai, une lame européenne à un seul tranchant nommée Croc-Fendant-l'Azur, un poignard à longue lame appelé Lame-Roc et un arc; et elle savait utiliser toutes ces armes. Et il ne faudrait pas oublier de préciser que Ryûko était une grande fan du jeu vidéo Sengoku Basara et des animés qui en avaient été faits. Elle idolâtrait surtout Masamune Date le Dragon Borgne d'Oshû, aimant particulièrement sa façon de se battre avec six lames. Si on lui demandait comment était Masamune, elle vous répondait que c'était là « un grand seigneur au charisme impressionnant aimé de ses soldats », qu'il « était intelligent au combat tant qu'il ne sombrait pas dans la colère et qu'il mériterait de diriger le Japon ». Et Ryûko jouait toujours avec lui quand elle s'amusait sur sa wii. Mais elle n'aurait jamais imaginé, même dans ses rêves les plus fous, ce qui allait arriver ce 24 décembre 2012.

Kojuro autorisa finalement Masamune à sortir au bout de deux semaines de réclusion. Mais le fidèle gardien et bras droit avait tout de même refusé que son maître ne prenne ses épées. Il avait même menacé de le reconduire illico presto dans sa chambre, assommé s'il le fallait, si son seigneur tentait de prendre ses griffes et Masamune savait qu'il le ferait, il l'avait déjà fait dans le passé. Kojuro Katakura était prêt à tout pour éviter à son seigneur de regretter une décision qu'il aurait prise dans la colère ou la précipitation. Et même si Masamune convenait que c'était là la bonne chose à faire- lui refuser ses lames et non le contredire- il ne pouvait néanmoins s'empêcher de déclamer à voix haute son mécontentement. Mais Kojuro pouvait être sourd quand il le fallait. Masamune devait comme même convenir que le Katakura était utile car il retrouva Oshû sûre et forte malgré sa convalescence. Les pensées du Dragon dérivèrent alors une nouvelle fois vers Yukimura Sanada, promettant qu'il irait bientôt le retrouver pour décider enfin de qui était le meilleur entre eux deux dans un combat qui rentrerait dans les légendes! N'y pouvait plus de son inertie forcée, le Dragon finit par se promener d'un pas tranquille dans son domaine... tout en cogitant un moyen de récupérer ses griffes sans se faire remarquer par Kojuro. Car il n'avait rien de pire pour le Dragon que l'Oeil droit du Dragon attaquant sur la droite... Masamune se lassa pourtant vite de sa promenade. Il comptait oublier toute prudence et allait affronter Kojuro pour récupérer ses épées quand un bruit de flûte se fit entendre. Le Dragon en fut hypnotisé. Il ne remarqua même pas qu'un grand trou noir s'ouvrait sous ses pieds tandis que la flûte allait en augmentant. Et soudain, il tomba, comme une pierre.

Ryûko revenait de son travail, elle avait beau étudier dans une faculté de Toulon, elle habitait dans un coin perdu du sud de la France et devait faire deux kilomètres à pieds depuis son lieu de travail avant d'arriver à la petite maison qu'elle arrivait à louer en s'occupant de chevaux. Oui, Ryûko aimait les bêtes et surtout les équidés et les félins. Tandis qu'elle marchait, elle sembla entendre un cri, autant de rage, de peur et de surprise, mais elle n'y fit pas attention...jusqu'à ce que l'auteur du cri ne tombe du ciel juste devant elle. Elle stoppa et le regarda, c'était un jeune homme, avec une curiosité mal cachée...cheveux bruns mi-longs, oeil droit sous un bandeau, oeil de mercure, kimono bleu...mais c'était là Masamune Date! Ryûko, de surprise, tomba assise par terre, la bouche grande ouverte, avant qu'un sursaut de colère ne la fasse se relever et empoigner par le col l'inconnu qui semblait complément paumé.
- Si c'est une blague, gronda-t-elle, ça va barder pour toi! Qui es-tu?!
- ....Je suis Masamune Date le Dragon Borgne d'Oshû! Et vous ferriez mieux de me lâcher!, cria en retour le jeune homme en se dégageant de la poigne de la jeune femme.
- Menteur!, siffla celle-ci, Masamune Date est un personnage de mangas....pff et puis c'est pas mes affaires, ciao!

Masamune ne comprenait rien...l'instant d'avant il était à Oshû et l'instant d'après le voici sur une route inconnue attaqué par une femme qu'il ne connaissait pas et qui avait l'audace et de le menacer et de le traiter de menteur! Il fut nettement énervé quand elle le laissa en plan et partit sans même lui accorder un tantinet d'attention. De plus elle semblait le connaître. Masamune la trouva arrogante et la détesta aussitôt. Néanmoins il la rattrapa et l'agrippant par le bras, la fit se tourner vers lui avant de dire:
- Hop là! Vous allez vous expliquer maintenant! Vous avez menacé le Dragon borgne d'Oshû!
- Ah! mais où sont vos griffes, Dragon?, répondit-elle avec une moquerie évidente.
- Kojuro m'a interdit de les prendre tant que je ne serai pas complètement rétabli!, hurla finalement , après un blanc de quelques secondes, Masamune, stupéfait de vouloir s'expliquer devant cette femme. Celle-ci sembla ébranlée dans ses convictions et finit par lui demander:
- Où sommes-nous?
- Au Japon, répondit mécaniquement le Dragon.
- Non, nous sommes en France, en Europe en l'an 2012.

L'air incrédule du jeune homme devant cette information suffit à Ryûko pour qu'elle se mette à se demander si- bon sang de bonsoir- il ne disait pas la vérité! Elle lui sourit donc avec gentillesse et finit de donner les informations nécessaires pour qu'il comprenne qu'il ne se trouvait plus dans son monde:
- Nous sommes en effet le 24 décembre 2012 et je dois me dépêcher de rentrer, mes parents vont bientôt m'appeler pour me fêter bon Noël. De plus, il va neiger, le temps se dégrade.
Masamune leva la tête vers le ciel et lâcha un:
- En effet...
Ryûko n'eut pas le coeur à le laisser là dans ses habits d'été alors que le froid venait. Elle l'enjoignit de la suivre.
- Je m'appelle...Ryûko. Viens, je vais t'emmener à un endroit où passer la nuit.
Finalement, elle ne passerait pas Noël toute seule... juste à espérer qu'elle aurait assez à manger. La neige commença à tomber quand ils franchirent le portail de la petite maison de Ryûko. La température avait grandement chuté et Masamune commençait à claquer des dents. Il fut bien content de rentrer dans la maison, au chaud. Mais là un nouveau problème se présenta à Ryûko: le kimono du samouraï était bien trop fin pour la saison et qui plus est mouillé...Heureusement que la jeune femme aimait tant les mangas qu'elle avait participé à quelques cosplay et possédait donc des costumes dont l'un était un kimono d'hiver, bleu de surcroît. Elle le prit puis mena Masamune à la salle de bain où elle lui expliqua calmement comment utiliser la douche. Elle posa alors le rechange sur le lavabo et sortit préparer le dîner.

Masamune était totalement stupéfait devant la douche: il trouvait cela « very good »... mais il se garderait bien de le dire à Ryûko. Au moins lui avait-elle trouvé des vêtements d'homme, chauds qui plus est. Il prit vite sa douche, s'habilla et prit une serviette pour essuyer quelque peu ses cheveux dégoulinant d'eau. Puis ses pensées dérivèrent sur l'incroyable chose qui venait de lui arriver: il avait changé de monde! Lui qui aimait bien l'Ouest, le voici dans l'Europe du futur! Soudain, il eut un sourire: Ryûko ne lui avait rien dit mais vu qu'elle l'avait reconnu, il devait y être célèbre. Il décida de lui poser des questions à ce sujet. Soudain, un coup sur la porte le sortit de ses pensées avant qu'il n'entende:
- Masamune, t'as fini?
Ryûko...qui semblait décider à le tutoyer... alors pourquoi la vouvoierait-il?
- Ouaip! Je sors.
Ce n'est qu'à ce moment-là que le Dragon percuta qu'il parlait français, le français moderne, aussi simplement que s'il s'était agit du japonais. Mais il ne poussa pas plus loin son investigation puisque ce savoir lui était très utile. Quand il sortit de la salle de bain, il eut la surprise de voir Ryûko soupirer.
- Quoi?
- Tes cheveux sont trempés...tu veux vraiment attrapé froid...
Masamune se dit alors que non il ne voulait pas attraper froid car cela l'obligerait à garder le lit une seconde fois. Alors il mit de côté sa fierté pour demander:
- Peux-tu y faire quelque chose?

Ryûko fut surprise qu'il demande une telle chose avant de se rappeler qu'il venait du passé et donc ne connaissait pas l'incroyable objet qu'était le sèche-cheveux. Elle l'écarta de la porte et rentra dans la salle de bain pour en ressortir avec ledit objet qu'elle montra à Masamune. Il la regarda d'un air stupéfait avant de regarder l'objet puis de revenir à elle.
- C'est un sèche-cheveux, dit-elle, et comme son nom l'indique ça sert à sécher les cheveux.
Il la regarda d'un air ahuri avant de sourire d'un air de défi.
- Fais donc voir.
Ryûko comprit qu'il ne la croyait pas. Elle brancha donc l'objet et le pointa de nouveau sur le samouraï avant d'avoir un sourire diabolique...et d'allumer le sèche-cheveux en plein sur la tête de Masamune! Il en fut si surpris qu'il fit un bond en arrière en poussant toute sorte de jurons et la regardant d'un oeil noir. Elle éteignit l'objet et lui expliqua comment il marchait:
- Donc ceci est un sèche-cheveux. Tu l'allumes comme je l'ai fait et tu t'en sers, comme ça, pour te sécher les cheveux. Compris?
- Yes....
- Bon, alors tu te sèches les cheveux et moi je finis le repas.
Elle lui mit l'objet dans les mains et partit dans la cuisine.

Masamune la regarda partir avant de reporter son attention sur le sèche-cheveux. Il l'alluma d'un air indécis et le leva. Ce truc lui faisait penser à un pistolet....d'où il sortait de l'air chaud... Masamune se dit qu'il allait avoir droit à plein d'autres surprises de ce genre. Il réussit tout de même à s'en servir et le posa sur la chaise qui traînait dans le couloir dès qu'il eut fini. Puis, comme Ryûko ne semblait pas vouloir revenir, il se mit à déambuler dans la maison. Il arriva dans une pièce assez grande où il avait un canapé, un tapis avec une table passe dessus et en face...une drôle de machine... Masamune ressentit soudain la fatigue de la journée, combinée à sa blessure non-guérie et le choc du changement de monde. Il s'assit sur le canapé pour mettre à terme au vertige qui en résulta. Ce faisant, l'étrange machine s'alluma en émettant un bruit étrange! Masamune se releva, ayant eut peur un léger moment, avant de regarder plus attentivement les images qui se déroulaient sur la machine...mais...mais c'était lui!! Lui qui se battait contre Yukimura Sanada...leur premier duel qui plus est! Masamune s'apprêtait à hurler à Ryûko de venir ici quand elle apparut, l'air pas très contente.
- Pourquoi t'as allumé la télé?, lui lança-t-elle.
- Je n'ai rien fait! Je me suis juste assis et ce truc s'est allumé et... et..c'est...

En regardant ce que la télé montrait, Ryûko comprit ce qu'il se passait: elle avait laissé le DVD allumé avec Sengoku Basara Vol 1 dedans et c'était le premier épisode qui défilait. Elle eut un soupir: comment allait-elle lui expliquer qu'il était un personnage d'un monde créé de toutes pièces?Bon, déjà chaque chose en son temps, d'abord: éteindre la télé. Ryûko avisa alors la télécommande sur le canapé. Masamune avait dû s'asseoir dessus. Elle le contourna, prit l'objet et éteignit la télé.
- Bon, je vais t'expliquer, assis-toi et tais-toi.
Étrangement, il obéit sans rechigner.
- Pour commencer, sache que ce monde est très avancé au niveau technologique. Il y a donc ici plein d'objets dont tu ne comprends rien, je te prierais de ne pas y toucher. Après...et bien je vais être franche: dans ce monde, tu es l'un des personnages d'un jeu vidéo nommé Sengoku Basara.
- Un jeu vidéo...?
- C'est un truc qui te permet de jouer sur la télé, la machine que j'ai éteint.
Ryûko se leva, prit la boîte d'un jeu de wii et la passa à Masamune. Celui-ci la regarda dans tous les sens, ne semblant pas comprendre. La jeune femme soupira: comment lui expliquer? Mais il la surprit en la sortant de l'embarras:
- Et si on allait manger?

Masamune remarqua que la jeune femme semblait sincèrement soulagée de cet échappatoire. Le Dragon ne comprenait guère ce qu'elle essayait de lui expliquer mais ce qui lui importait pour le moment, c'était de reprendre des forces avant de s'évanouir comme un faible. Il la suivit sans bruit quand elle lui dit de venir. Ils passèrent dans une autre pièce où un repas les attendait sur une table. Masamune tiqua: il ne savait pas comment manger à la façon des européens. Il copia donc Ryûko quand elle tira la chaise et s'assit dessus avant de lâcher un « Itadakimasu! » et d'empoigner une étrange mini-fourche, qui s'appelait fourchette tient, et de s'en servir pour manger. Le repas était composé de longs bâtonnets jaunes qu'elle appelait frites et d'une sorte de pain avec de la viande, de la salade et de la sauce appelé hamburger. Ni l'un ni l'autre n'étaient mauvais, Masamune se régala même. Même s'il ne savait pas exactement ce qu'il mangeait. Une musique retentit alors dans toute la maison, faisant sursauter Masamune qui commençait à en avoir marre de tous ces bruits étranges. Ryûko ne sembla pas surprise, elle se leva et alla prendre un objet sur une commode qu'elle porta à l'oreille en disant: « Oui, allô? ». Masamune fut encore plus stupéfait de la voir sourire alors que personne ne lui parlait et répondre:
- Joyeux Noël à toi aussi! Au fait, mes cadeaux pour Oka-chan sont-ils arrivés?
Nouveau blanc, Ryûko semblait plongée dans l'écoute de quelque chose.
- Oui? Super!
Elle fit silence une nouvelle avant:
- Oh! Mais c'est pas grave! La route est bloquée à cause de la neige. Oui, c'est vrai, c'est dommage que je passe Noël toute seule! Mais mon esprit est avec vous!...Houla! Il y a des interférences! Je t'entends plus...Bon, ouais, ciao!

Ryûko raccrocha le téléphone et avisa la tête que faisait Masamune en la regardant: on aurait dit qu'il voyait une folle...
- Ceci est un téléphone, dit-elle en montrant l'appareil, on peut s'en servir pour parler avec des personnes loin d'ici. C'était ma mère en l'occurrence.
- Et Ota-chan?
- Ma petite soeur, Okami. Elle a 10 ans.
- Vos noms ne sont guère français, remarqua alors le Dragon en fronçant le sourcil.
- Non...ce ne sont pas nos noms de naissance...
- Ah...
Ryûko fut contente qu'il ne cherche pas plus loin, il lui demanda plutôt qu'est-ce qu'était Noël.
- Au début, c'était une fête chrétienne mais au fil du temps, elle est devenu une fête que tout le monde fête, même les non-croyants, commença-t-elle en se rasseyant, Surtout depuis que Coca Cola inventa le Père Noël. Coca Cola c'est une marque de boisson. Et le Père Noël est un vieil homme en rouge et blanc qui emmène des cadeaux aux enfants sages la nuit du 24 décembre.
- Les enfants doivent être toujours sages alors, rétorqua Masamue avant de tendre son assiette et de demander, Il y en a encore?
- Oui, Ryûko se leva et alla prendre le plat dans le four.
- Good very, arigatô!, lança le samouraï en se servant. Ryûko se dit qu'elle n'allait pas y arriver si Masamune se mettait à parler français-japonais-anglais....



Turozero
Turozero
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 09/08/2010
Age : 25
Localisation : Île de Dragonea

http://dragons-ele.forums-gratuits.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum